MyCrédior | Points forts | Partenaires | Jobs

Trop de logements sociaux vides

A Charleroi, près de 10 % des logements sociaux de la Sambrienne sont libres d’occupation. Cela représente exactement 978 maisons et appartements dans un parc immobilier de 9.995 biens. « Quand on sait que la liste d’attente compte quelque 3.000 familles, cette proportion est inacceptable », dit le président Hicham Himane (PS). Même après déduction des 308 logements du building Appolo et des immeubles Wauters promis à la démolition.

Au conseil d’administration de ce lundi, le mandataire viendra avec 2 propositions d’action pour combattre ce phénomène. Primo, rénover au plus vite les logements vides qui ne sont pas conformes aux normes gaz-électricité ou dont l’isolation est insuffisante. « Il s’agit le plus souvent d’interventions légères, de l’ordre de 1.000 euros, explique le président. Au-delà des logements inoccupés, 2.000 habitations pourraient faire l’objet d’améliorations du même type, avec un impact non négligeable en termes d’économies sur la facture de chauffage de nos locataires. »

Pour soutenir ces investissements, des moyens de financement s’imposent. Même si la volonté est d’accorder la priorité au recours en interne à la main-d’œuvre de la régie ouvrière, cela représente une enveloppe considérable.

Secundo, et c’est là la piste la plus audacieuse, encourager l’accès à la propriété : vendre des logements sociaux pour en reconstruire de nouveaux à grande échelle. Et combler un déficit criant en Wallonie et en particulier en région de Charleroi.

Hicham Imane veut ouvrir le débat et amène de solides arguments. Le premier, c’est de laisser à chaque candidat acquéreur le choix d’acheter la part de propriété qu’il a la capacité de rembourser : pas forcément 100 % du bien, mais la moitié, voire 30 ou 20 % de sa valeur. Le loyer serait recalculé au cas par cas. L’objectif, c’est d’encourager la mixité entre locataires et propriétaires, une réalité qui n’est pas suffisamment ancrée dans la réalité du secteur où ces derniers ne sont que 5 à 6 %. La Sambrienne veut en augmenter la représentation à 10 ou 15 %. « C’est l’une des priorités de cette mandature », indique le président. Secundo, le produit de ces ventes alimentera un fonds de financement pour de nouveaux projets. Et tertio enfin, la hausse du nombre de propriétaires renforcera le contrôle social et la qualité de vie sur des sites en proie aux incivilités.

Hicham Imane insiste : « Le logement, c’est l’un des principaux enjeux avec des dimensions sociales, économiques et politiques. En Wallonie, la Sambrienne doit servir de modèle. »
class= »macro » displayname= »PUCE » name= »bullet »

Article source: http://www.lesoir.be/342948/article/actualite/regions/2013-10-18/trop-logements-sociaux-vides

Sujets:

Les calculs sont effectués à titre informatif et ne constitue en aucun cas une offre.
Attention, emprunter de l'argent coûte aussi de l'argent.
Accueil